Cycles 4 et Lycée : visite "Le paysage dans l'art flamand : entre imaginaire et réalisme"

Le parcours de visite est susceptible d’être modifié en fonction de l’accrochage.

Niveau : Cycle 4, Lycée (Seconde et Première) 
 
Durée : 2 h 
 
Thème : Le langage pictural des artistes flamands repose à la fois sur une précision extrême dans les détails du quotidien et un goût prononcé pour le merveilleux. Quel sens donner à cette peinture à la fois si réaliste et si éloignée du réel ? 
 
Disciplines concernées :  

Cursus Histoire des Arts :  

Objectifs 

Déroulement de la visite

Comprendre l’art flamand requiert un sens aigu de l’observation et de l’analyse pour décoder cet art érudit qui développe, dès le XVe siècle, un langage pictural associant extrême réalisme et sens du détail avec une propension pour l’irrationnel et le merveilleux.  Au cours de cette visite, le médiateur s’attache à développer chez les élèves ces aptitudes à observer et à analyser des œuvres d’art pour en saisir le sens profond.  Ils découvrent d’abord l’art des Primitifs flamands qui pose les bases de caractères propres à l’art flamand : l’extrême réalisme des représentations et le goût pour le détail qui se manifeste dans les textures, les matériaux, les personnages et les paysages en arrière-plan.
Mais il convient de ne pas se fier aux apparences ! Cet extrême réalisme permet surtout d’inscrire un monde symbolique dans l’espace du quotidien. Cet art remplit ainsi une mission sur laquelle les élèves sont amenés à s’interroger.  
Puis c’est au travers de l’observation des paysages du XVIe et du XVIIe siècle qu’ils abordent les spécificités de l’image flamande reposant notamment sur l’association d’un monde microscopique à une perception macroscopique : au sein d’un paysage représentant le monde du vivant dans son entier, des détails de la vie quotidienne fourmillent aux premiers plans et aux arrière-plans des œuvres. Là encore, il ne faut pas se laisser duper ! Derrière l’apparence de la réalité, se cache, dans ces compositions, un monde symbolique qu’il faut apprendre à décrypter.
Enfin, les élèves analysent des œuvres d’art contemporaines qui témoignent d’une continuité avec l’art ancien dans cette tendance à associer réalisme et imaginaire dans la construction des images. 

Sélection d’œuvres

Un réalisme nouveau en peinture et un goût prononcé pour le détail : l’art des Primitifs flamands repose sur des représentations extrêmement réalistes et un souci aigu du détail qui cachent un monde symbolique. 

Primitif flamand anonyme, La Vierge au donateur Joos van den Damme, huile sur bois, dernier quart du XVe siècle 

Le paysage flamand ou la construction d'un monde symbolique : L’association d’une vision à la fois microscopique et macroscopique donne vie à un univers irréel chargé de symboles.

Anonyme flamand, La Tentation de saint Antoine, huile sur bois, XVIe siècle 

L'art contemporain entre réel et imaginaire : Le langage pictural des œuvres contemporaines témoignent d’une continuité avec l’art ancien. 

Eric de Ville, Babel by night, 2012 

Service des Publics
03 59 73 45 59

reservations.museedeflandre@lenord.fr


retour en haut